Réinterpréter le volume

Lorsqu’on regarde un dessin, on n’en voit que le résultat extérieur, mais bien plus se passe à l’intérieur du dessinateur. Il y a dessin et dessein (l’intention). La représentation physique et l’idée qui l’a amenée. Les lignes traduisent le volume sous-jacent, c’est en comprenant la structure des choses (donc en l’ayant étudié) que le placement des lignes ne vous semblera plus un mystère. Le lecteur lira votre dessin, tandis que vous, le dessinateur, connait les volumes et les aura suggéré par vos lignes. Ce que vous dessinez est une réinterprétation, une simplification des volumes visualisés. Le dessin étant un processus avant tout mental.

 

Plusieurs facteurs entrent en comptent dans cette réinterprétation. La simulation des matières, dont l’on reparlera plus tard, le style comme on a pu le voir, ainsi que la représentation de la lumière et celle de la profondeur dans l’espace.

Nous pouvons apporter de la variation dans l’épaisseur de la ligne, afin de simuler le volume et la lumière. La partie du dessin à la lumière aura généralement des traits plus fins (car ébloui), alors que la partie à l’ombre sera plus prononcée.

D’un point de vu de la profondeur, ce qui est à l’avant ou ce qu’on veut “mettre en avant” peut avoir des traits plus épais. Plus de contraste avec le blanc du papier ce qui fait que notre regard si intéressera davantage. Le tout étant de combiner les trois gestions de l’épaisseur du trait afin d’obtenir l’esthétique voulue. Lumière, profondeur, intérêt. Dans la figure ci-dessous, vous avez à gauche un dessin au trait sans indication particulière, puis une gestion de l’épaisseur du trait par rapport au volume, puis à droite, par rapport à la lumière.

 

 

  La modulation de la ligne trouve peut être son origine avec les gravures égyptiennes, où suivant la profondeur du trait gravé, la lumière donnait une ombre plus ou moins importante, créant ainsi l’illusion de volume.

 

À gauche, dessin original réalisé par Bencer, un des membres d’OpenClassrooms. À droite, la suggestion que je lui ai apportée sur le forum :

-> Une modulation du trait pour mieux rentre la perspective.

(lien vers la discussion originale)

Même avec votre niveau actuel en dessin, il vous suffit d’ajouter l’intention de moduler la ligne, pour immédiatement améliorer votre résultat final.

 

Avec ce chapitre vous comprenez maintenant pourquoi choisir les lignes à même de retranscrire la réalité vous paraissait très difficile. Il fallait prendre en compte le volume et la lumière ! Désormais, lorsqu’une difficulté se présente à vous, prenez les choses à la base, observez, analysez les volumes, comprenez-les ! Vous serez surpris de voir à quel point tout vous paraitra plus clair ensuite.

Avec la même démarche, de nombreuses études peuvent ainsi être réalisées :


Voici pour l’entrainement du cerveau, c’est à dire, l’entrainement de votre visualisation et de votre compréhension des volumes. C’est ce qui permet à votre imagination de s’exprimer solidement, en concret sur la feuille et plus seulement de manière flou dans votre imagination.

Nous voici au bout de ces trois chapitres consacrés aux entrainements de votre œil de dessinateur, à vos mains et votre cerveau, qui doivent apprendre à fonctionner ensemble afin de vous offrir la plus grande aisance en dessin.

Retenez l’importance des éducatifs qui décomposent les principes du dessin en un problème à la fois. Tous ces jeux et pratiques sont des aides précieuses pour progresser. Ils permettent de résoudre vos mauvaises habitudes et blocages dans votre pratique du dessin.

Trop souvent on envisage un dessin sous son aspect finalisé, oubliant ce qui l’a rendu possible. Pour vous donner une petite métaphore dont j’ai le secret, notre conception du dessin revient à vouloir déménager chaque objet d’une maison en essayant vainement de pousser la maison toute entière. Forcément impossible ! On a beau faire des efforts et y mettre tout son cœur, on ne risque pas d’y arriver car nous n’avons pas la bonne méthode. Une fois qu’on comprend l’importance de décomposer chaque chose, on peut commencer à apprendre efficacement le dessin.