image_print

On va parler perspective ! Ne vous inquiétez pas, on va y aller doucement et différemment.

La perspective est un ensemble de méthodes dont le but est de représenter des objets 3D sur une surface 2D.

Différentes méthodes ont été formalisées notamment à la renaissance avec des noms barbares du genre perspective axonométrique, isométrique…  mais avant tout cela, il y avait pourtant une chose toute simple :

-> Notre œil

Lorsqu’on apprend à dessiner, on donne peu d’importance à la vision humaine. On part tout de suite sur de la maitrise de l’anatomie humaine super compliquée, et autres effets magnifiques d’ombres et lumières pour faire une image plus belle tu meurs.

Mais euh… revenons un peu en arrière. À la base, que se passe-il ?


Le fait est que nous avons deux yeux, qu’ils sont sphériques et sensibles à la lumière. Et cela conditionne notre perception du monde et donc, du dessin. C’est la vision humaine qui détermine non seulement la perspective mais aussi différents principes graphiques. C’est pourquoi nous allons l’explorer à travers différentes leçons. La 1ère :

Le cône de vision et la diminution des objets dans la profondeur

Un objet situé loin de nos yeux paraît plus petit que s’il était proche de nous. C’est logique, tout le monde le sait, mais est-ce que vous savez pourquoi ? Non ? Et bien moi non plus je ne savais pas ! Alors je me suis renseigné…

 

 

Le champ de vision de l’être humain est un cône. Par conséquent, un objet lointain ne représente plus qu’une petite portion de ce cône de vision.

Voici ce que voit l’œil :

C’est aussi simple que ça ! Plus l’objet sera loin de notre œil, plus la surface qu’il va occuper dans notre champ de vision sera petite. Si bien qu’à force… il sera tellement petit qu’on ne le verra même plus !

En effet si un objet est visible c’est parce qu’il reflète la lumière jusqu’à nos yeux. Des capteurs y reçoivent cette lumière et le cerveau la traduit en image.

Si l’objet est trop petit, la quantité de lumière qui arrive à l’œil est insuffisante pour stimuler nos capteurs et déclencher une réaction chimique. Notre œil n’est plus assez sensible et l’objet ne sera pas vu !

 

 

Tout cela est bien intéressant à comprendre, mais en dessin comment ça marche ?

Et bien c’est simple, vous allez voir ! Un objet est constitué de plusieurs parties et de plusieurs détails. Cela peut être une inscription sur une page, la poignée d’un tiroir ou même une trace due à l’usure.

Ces éléments sont plus petits que l’objet dont ils font partie… donc si l’objet s’éloigne de nous, ses éléments et tout ses petits détails disparaîtront avant l’objet lui même.

Plus un objet est loin, plus ses détails ont disparus. Ses détails étant déjà petit à la base, ils sont les premiers à disparaître avec la distance.

Plus un objet est petit, plus vite il cessera d’être visible dans la profondeur. Une fleur disparaîtra avec la profondeur, alors que la montagne sera toujours visible.

 

Si l’on peut voir distinctement les détails d’un objet, notre œil assimilera que cet objet est proche de nous. Si les détails ne ne sont plus nettement visibles ou ont déjà disparus, notre œil interprétera que l’objet est loin de nous.

Voilà un des outils pour donner de la profondeur à vos dessins. La diminution des détails dans la profondeur !

À noter que c’est également la vision en cône qui amène la notion de point de fuite.