Pour donner de la profondeur à une surface 2D, pas besoin de termes barbares et compliqués. Restons simple ! Pour traduire la profondeur nous pouvons jouer principalement sur l’échelle, la superposition et le contraste.

1. JOUER AVEC L’ÉCHELLE

 

Observez à quel point notre regard est tellement habitué à voir de la profondeur, qu’il s’imagine en voir sur une surface 2D :

Ce ne sont pourtant que 3 carrés de tailles différentes… Nous avons même du mal à focaliser notre regard pour ne voir que 3 carrés mis cotes à cotes. Notre regard fait tout le boulot !

De même pour l’épaisseur d’une ligne :

Même avec un dessin au trait on peut indiquer une sensation de volume en modulant l’épaisseur de la ligne. On peut jouer avec l’échelle de toute autre distance…

… pour donner l’illusion de profondeur.

 

2. LA SUPERPOSITION D’OBJETS

Difficile de ne pas voir un cercle derrière l’autre ? Pourtant ce ne sont que des lignes sur une feuille. Encore une fois notre œil fait tout le boulot. Même si je vous montre celui ci :

Lorsqu’on reproduit  le fait réel qu’une partie d’un objet est cachée par celui qui est devant, l’œil aura du mal à voir autrement.

Le chevauchement d’objet existe aussi pour les volumes d’un même objet, j’appelle cela les lignes de liaisons  :

Elles sont indispensables pour indiquer au lecteur quelle forme se trouve devant lui. On le voit ici avec pourtant deux silhouettes identiques.

Observez bien les dessins de nombreux artistes, vous rencontrez en permanence ce genre de lignes. Vous savez désormais à quoi elles servent !

 

3. LES DIFFÉRENTS CONTRASTES

Le contraste lui est un peu particulier, que ce soit les 7 types de contrastes colorés ou d’autres types de contrastes, il se trouve de nombreuses manières.

Prenons un exemple. Avez-vous déjà remarqué à quel point les teintes d’un paysage deviennent bleutée et pales à mesure de s’éloigner de vous ? Si vous voulez un mot là dessus, on appelle cela la perspective atmosphérique !

Si l’on reproduit ce phénomène réel sur une surface 2D, une fois de plus le cerveau interprète cela comme de la profondeur !

Mais comme toujours, on peut aussi faire l’inverse…

Imaginez que vous souhaitez attirer l’œil vers le fond de votre image afin de mettre en valeur ce qui s’y trouve. On « estompe » le 1er plan avec des couleurs froides, on attire vers l’arrière plan grâce aux couleurs chaudes et plus « marquantes » :

 

 

il n’y a pas de règles, seulement des principes à utiliser suivant vos choix !

Il y a beaucoup à dire sur le contraste, c’est pourquoi j’y reviens dans le cours complet que j’ai écris. 

Pour résumer cette leçon, voici les 3 outils à votre disposition pour créer de la profondeur :

Simple… 😉