Une structure en tiers

Après la dynamique, voici la structure de votre image. Sur beaucoup d’images, pour un souci d’esthétisme et d’organisation de l’espace, on remarque une division en trois parties égales. Elles permettent de répartir les éléments ou personnages en zones distinctes, assurant ainsi une lecture claire de votre image.

Un personnage seul, et l’immensité du paysage en arrière fond.

À lui tout seul il occupe l’espace de cinq hommes. Voilà de quoi le mettre en valeur ! Sans compter que la foule est comprise dans le tiers inférieur de l’image. Les tiers fonctionnant à l’horizontal comme à la verticale.

J’ai en mémoire la scène d’un film qui illustre à merveille ce jeu avec les tiers de l’image. C’est encore dans le film « Là-haut » de Pixar. La scène se passe au début du film, lors de la rencontre entre Carl et Ellie alors qu’ils ne sont que des enfants. Lui d’un caractère plutôt timide, elle tout l’opposée. Voilà qu’elle ne fait que passer dans l’espace du cadre réservé à Carl, le poussant de plus en plus vers le bord.

Si l’on prend les trois zones de manière verticale, la gravité prend toute son importance. Un personnage placé dans le cadre supérieur le rendra plus imposant, il semblera au dessus de nous. Vers le centre, il semblera à notre hauteur, alors que dans le cadre inférieur, il semblera tout petit. Pourtant le personnage reste le même, seul son rapport au cadre a changé. C’est comme si le centre du cadre représentait une zone d’horizon fictive, où l’on se trouverait.

À la figure suivante vous pouvez voir que c’est de la même manière qu’on suggère la hauteur d’un bâtiment ou d’une colline. Même principe, multiples utilisations.

On retrouve ce principe des tiers en peinture, avec dans la figure suivante, une peinture de John William Waterhouse :

John William Waterhouse (1849- 1917) – Les favoris de l’empereur Honorius (1883)


Gardez en mémoire que les tiers horizontaux vont vous permettre de jouer de l’importance dans l’espace, alors que les tiers verticaux vont jouer sur la gravité et donc du poids. Pour donner de l’importance, écraser un personnage, suggérer une hauteur, etc.