Mouvement des éléments de l’image

Maintenant que nous avons vu comment le regard circule dans une image, intéressons-nous aux éléments de cette image, à leur manière d’influencer le regard et au mouvement qu’ils génèrent.


Mouvement par succession d’éléments

Commençons avec trois lignes, toutes simples :

À votre avis, qu’est-ce que c’est ? Pour les petits malins qui se rappellent le chapitre sur les lignes, ce sont en effet des directions du regard et non simplement des lignes. Mais encore ?

 

Suivant leur placement, des lignes ne sont pas seulement lignes et directions de regard. Elles sont également différentes images initiant un mouvement, tout comme les images d’une animation ou d’une séquence filmée. Avec la persistance rétinienne, notre cerveau mémorise un bref instant chaque image, ce qui lui permet d’interpréter une succession d’images comme un mouvement.

Même si sur papier, l’effet n’est pas aussi saisissant qu’en animation, il y a tout de même une sensation de mouvement, comme vous pouvez le voir dans l’image suivante. Lignes, objets ou personnages, c’est la même chose, c’est en mouvement !

 

Un bon exemple de ce principe de succession est l’illustration d’un champ de bataille. Chaque soldat illustre un moment différent de la bataille, celui qui arme son fusil, celui qui rampe, qui se prend une balle, tombe, meurt. La sensation perçue sera mouvement. C’est ce qui, sous l’action du regard d’un lecteur, contribue à donner vie à vos images. Observons maintenant comment plusieurs artistes ont pu utiliser ce principe dans leur peinture.

 

 Jacques Blanchard (1600-1638) – Lamentation sur le Christ mort

 

Ressentez-vous le mouvement engendré par cette image ? Comme vous pouvez le ressentir, les figures répondent les unes aux autres. Elles ne sont pas que pièces détachées et indépendantes, elles forment un tout, entrant en résonnance les unes par rapport aux autres.

William Blake (1757-1827) – Vierges sages et vierges folles (1822)

 

Henry Scheffer (1798-1862) – La bataille de Cassel (1837)

 

Prenez le temps d’observer, c’est primordial. C’est comme cela que vous augmenterez votre sensibilité au mouvement. Il y a une telle richesse dans les œuvres du passé. Imaginez que lorsque vous vous débutez ou expérimentez votre style depuis quelques années seulement, des milliers d’artistes sont déjà passés par là, à leur manière et sur des dizaines d’années de pratique. Ceci pour quelques milliers d’années de générations d’artistes… De quoi nourrir vos propres créations !