Le mouvement de l’œil

Lorsqu’on débute en dessin on envisage seulement la partie visible, oubliant qu’entre les lignes et formes, l’invisible anime votre image, lui conférant force, substance et poids.

C’est vrai que de réussir un beau dessin est déjà assez dur, mais ce n’est pas toujours le plus important. Ce qui l’est, c’est ce que va ressentir le spectateur en regardant votre image. Et pour guider son ressenti, il est primordial pour vous d’apprendre à composer avec l’invisible tout autant que le visible. C’est à dire d’apprendre à vous servir des lignes, formes et vides pour créer différentes sensations.

Ne vous inquiétez pas si cela vous paraît assez obscur pour l’instant, cette partie est là pour vous clarifier tout ça.


Un regard aérien

Nous l’avons vu avec les fondamentaux du dessin : donner de la vie à une image revient à y créer du mouvement. Un mouvement que l’on obtient par la différence.

Dans son livre « Composing Pictures », Don Graham souligne à juste titre la différence entre mouvement et action. Une image peut très bien représenter des objets inanimés et sans actions, et pourtant être intéressante car possédant du mouvement en elle. Nous en avons l’exemple à la figure suivante, où la différence de disposition et de taille des arbres va créer du mouvement. Il n’y a pourtant pas d’action particulière comme quelqu’un qui serait en train de courir ou d’arracher le sac à une pauvre petite mamie.

 

Il faut savoir que lorsqu’une personne regarde votre image, ça va un peu plus loin qu’un simple « oh c’est joli ». En fait le regard d’un lecteur parcourt l’image d’une manière particulière et par ce chemin elle entre en contact avec les différents éléments qui composent votre dessin. À vous d’anticiper ce chemin-là et de le créer par la composition de votre image.

Pour comprendre l’action de notre regard, on peut imaginer une mouche qui volette librement dans l’espace allant ainsi d’un objet à l’autre, frôlant leur surface, marquant un temps d’arrêt avant d’aller s’intéresser à un autre objet. De même dans un espace 3D, où notre regard va s’engouffrer dans la profondeur.

 

Pour illustrer un autre aspect de ce qu’il se passe en regardant une image, on peut imaginer notre regard comme un bateau sur l’eau. Il va longer les côtes d’un continent pour arriver à l’endroit désiré, les continents étant les éléments de votre dessin. Bien sûr le regard peut également traverser ces éléments mais en général il préfèrera les contourner. C’est comme s’il était plus facile d’aller par la mer que de traverser à pied un continent. La mer étant le vide de vos images, ou comme on le nomme souvent, l’espace négatif.

Même si le parcours suivi par le regard varie légèrement d’une personne à l’autre, un trajet similaire est tout de même présent. On a beau être différents, nous sommes tous soumis aux mêmes lois naturelles. C’est le cas de la gravité qui nous attire vers le centre de la Terre. Le regard aura donc plus de facilités à descendre qu’à monter. Comme toujours ne me croyez pas sur parole et faites-en l’expérience par vous même. Montez les yeux, baissez-les, louchez un peu pour voir ? Alors, lequel est le moins fatigant ? (Vous n’avez pas louché j’espère, je plaisantais pour celui-ci…)

Les principes des lignes et formes que nous avons vus dans les fondamentaux influencent aussi votre regard. Un objet vertical aura tendance à vous bloquer ou à faire chuter votre regard. Là où votre regard glisse sur une horizontale et sera dynamique, presque accéléré par les diagonales. À vous de jouer avec les éléments de votre dessin pour guider le regard du lecteur.

 

Que ce soit avec de simples formes géométriques ou avec des personnages, c’est le même principe.

Comme ici où l’ajout de la plante et des éléments du bureau aident à revenir vers le point d’intérêt. Comme vous pouvez le voir chacun des éléments de votre dessin a une importance ! Ils ne sont pas seulement là pour meubler le décor ou montrer que vous savez dessiner, ils doivent avant tout aider le regard à circuler dans l’image.


À noter qu’il en va de même pour la conception de toute autre image, qu’elle soit photographiée ou même pour le design d’un site web. Après tout, on observe avec les mêmes yeux, ce sont donc les mêmes principes qui s’appliquent à toute image.