Valeurs, Couleurs, Contrastes

Avant même de parler des couleurs j’aimerai qu’on fasse le point sur les valeurs de votre image. Non pas combien va couter vos futures œuvres d’art, mais plutôt l’importance des valeurs de luminosité pour construire des images lisibles et agréables à regarder.

Ce sont les valeurs que vous devez prendre en compte dès la conception de votre image, afin de vous assurer que même en nuances de gris, votre image reste lisible et transmet exactement ce que vous souhaitez montrer à votre lecteur.


Les valeurs de luminosité

Quel intérêt avons-nous à varier les valeurs de notre image ?

Pour amener du contraste

En débutant, lorsqu’on conçoit une image, on se jette directement sur les couleurs sans même penser aux valeurs. Il en résulte très souvent une image qui manque de tonus, sans savoir pourquoi, nos couleurs nous paraissant plutôt correctes. La réponse se trouve dans les valeurs, si vous plissez des yeux vous vous rendrez compte que votre image est très souvent homogène en terme de luminosité. Ainsi aucun élément ne se détache de l’autre, tout paraissant au même niveau.

En utilisant des teintes plus foncées et plus claires à d’autres endroits, voilà que vous amenez de la différence dans votre image. C’est justement ce contraste qui aidera à affirmer votre image, rien que cela peut faire la différence entre l’image d’un amateur ou celle d’un pro. Il manque parfois de pas grand chose pour nettement améliorer la qualité de vos images.

Pour clarifier et organiser les éléments

Les éléments de même valeur seront rangés visuellement dans le même groupe, nous aidant ainsi à organiser l’espace dans des images pouvant parfois êtres assez fouillis. On pourrait penser à des cambrioleurs dans une banque, entourés par les employés de la banque et les clients effrayés. Une valeur pour les cambrioleurs, une autre pour les personnages restants. Cela permet de clarifier la situation pour que d’un coup d’œil votre lecteur identifie clairement qui est qui.

Même technique pour mettre en valeur le personnage principal par rapport à une foule dont les figures seront réunies par la même valeur. «Mettre en valeur», tiens donc. Coïncidence ? Je ne pense pas.

Pour attirer le regard

En organisant l’espace, les valeurs permettent d’attirer le regard vers l’endroit désiré. L’œil étant toujours attiré vers la zone à plus fort contraste, il vous suffit d’en user pour guider le regard vers le point d’intérêt de votre image. Dans la figure suivante, le plus grand contraste est d’abord entre le fond blanc et le chien en gris foncé qui sera alors le sujet principal de l’image.

Un bon exercice pour aiguiser votre œil à différencier les valeurs consiste à dessiner des cubes de différentes teintes de gris, posés cote à cote sous un même éclairage. Vous pouvez aussi dessiner un décor mais simplement en nuances de gris. Cette nouvelle sensibilité se retrouvera ensuite quand vous passerez à des dessins en couleur.

  Si les valeurs sont aussi importantes en dessin, c’est tout simplement car il en va de même avec notre vision humaine. En effet, on possède sur notre rétine des cellules réceptrices nommés bâtonnets et cônes. 120 millions bâtonnets pour voir les nuances de gris et seulement 5 millions de cônes pour les couleurs. Pas étonnant que nous soyons aussi sensibles aux valeurs de luminosité.

 

Une palette limitée de valeurs

Il est conseillé de commencer ses images en choisissant quelques nuances de gris seulement. Trop de valeur rend la conception de l’image bien plus difficile, et pas plus lisible. Essayez de concevoir un visage seulement en noir et blanc pour commencer. Vous pouvez ensuite y ajouter une valeur de gris, puis deux ou même trois, mais pas plus. S’imposer des limites est une très bonne méthode pour progresser rapidement.

Prenez soin de conservez suffisamment de différences dans les valeurs choisies, afin de ne pas vous rapprocher du dégradé. Si les valeurs sont trop proches, l’œil les confondra visuellement. Pour le vérifier, si même en plissant des yeux deux valeurs de gris continuent à pouvoir se différencier, c’est bon. Si par contre on ne voit plus qu’une valeur de gris, c’est qu’elles n’étaient pas assez différentes.

Pas besoin de savoir dessiner des choses complexes pour pouvoir s’amuser avec les valeurs. Comme à la figure précédente, mettez en place une composition simple, puis jouez avec nos quatre valeurs de luminosité afin d’observer ce que cela change à votre image. N’oubliez pas non plus de garder de la différence quand à l’espace total occupé par chaque valeur. Différence -> mouvement -> vie. Comme d’habitude.

Hugo Steiner-Prag (1880-1945) – golem (1915)

Observez le jeu des valeurs dans ce dessin d’Hugo Steiner-Prag. Le personnage est mis en avant par le contraste entre sa silhouette noire sur une ombre blanche à ses pieds. Dans la même idée, on peut dessiner un arbre dans un décors, avec la partie basse de valeur claire, sur un décors de valeur sombre, tandis que le haut de l’arbre est de valeur sombre, sur un décors (ciel ?) de valeur claire. Mise en avant immédiate.

Georges Seurat (1859-1891) – Les Terrassiers (1883)

Vous pensez que cette image manque de contraste, que tout y est lumineux ? Alors plissez des yeux !

Cette peinture de Seurat est un très bon exemple pour se rendre compte à quel point l’œil atténue le contraste d’une image alors qu’elle en est pleine. Le piège en dessin d’après nature est de dessiner ce que l’on croit voir. Le résultat sera très souvent une image manquant de contraste. Elle paraitra molle et sans profondeur, d’où l’importance de plisser des yeux. Ici, cela permet de se rendre compte du grand contraste de valeur entre le chariot et le ciel, c’est presque du noir sur blanc ! De là vient la grande présence lumineuse de cette toile, malgré un jeu de lumière et d’ombre très discret.

Peindre des paysages est un très bon exercice pour roder votre œil aux différences de valeur dans la luminosité.