Angles de vue et horizon

Comment placer la ligne d’horizon dans votre image ? Généralement, on dessinera la ligne d’horizon en bas du cadre lorsqu’on se situera au raz du sol, puisqu’on regarde vers le ciel. Et l’on dessinera la ligne d’horizon en haut du cadre lorsqu’on sera en hauteur, puisqu’on regarde vers le sol. Il faut laisser de la place à ce que l’on regarde !

Ces deux possibilités correspondent aux vues de contre-plongée et de plongée, c’est à dire d’un regard porté vers le haut ou vers le bas.

Les choses se complexifient ensuite un petit peu si l’on change notre angle de vue. Si l’on est situé en hauteur, au lieu de regarder le sol, on pourrait tout aussi bien regarder droit en face de nous et voir un oiseau voler dans le ciel. Dans ce cas là, la ligne d’horizon sera basse dans le cadre, voir hors-cadre, nous en avons l’exemple dans la 3e vue de la figure suivante.

Quelle influence peuvent avoir ces angles de vue sur la perception de votre image ? De la même manière que le lecteur identifie l’horizon au sien, l’angle de vue deviendra le sien également.

Les enfants voient principalement le monde des adultes avec un regard en contre plongée, sans cesse obligés de relever la tête pour voir ce qui passe au-dessus d’eux. C’est une vue à utiliser si vous avez besoin de mettre votre lecteur dans la peau d’une enfant, ou même si vous souhaitez donner un coté impressionnant à vos décors ou personnages. Au contraire, dessinez un personnage en plongée, il paraitra peu imposant et impuissant face à une situation. Vu du ciel tout paraît plus anecdotique, en un effet de miniature.

Des plongées et contre plongée extrêmes permettent de donner un point de vue insolite à vos images. Ce sont des vues rarement vécues au quotidien. Correspondant respectivement à des vues aériennes ou à un regard au pied d’un gratte-ciel, dirigé vers son sommet.

Avec ce questionnement autour des angles de vue, nous découvrons ici deux notions du cinéma. Deux mouvements possibles de la caméra : le panoramique et le travelling. Ils sont intéressants pour mieux appréhender la perspective en dessin.

 

Le panoramique correspond à une rotation verticale ou horizontale de la tête. La ligne d’horizon peut bouger dans le cadre de l’image (si l’on regarde de bas en haut), mais la perspective elle, ne change pas, puisque le spectateur n’a pas changé de place. C’est comme si l’on regardait à différents endroits d’une même image.

Le travelling lui, correspond à un déplacement du spectateur (de haut en bas, ou latéralement). L’angle sous lequel est vu le décors change alors, puisque le spectateur a changé son emplacement dans l’espace.

C’est ce changement d’angle de vue qui nous ouvre la voie à la narration par séquence, que ce soit dans un film ou au fil des cases d’une bande dessinée. À défaut de pouvoir déplacer physiquement le spectateur, on le déplace mentalement en changeant le point de vue de l’image.