Peintures et encres

Pinceaux et brosses

Faites attention à la qualité de vos pinceaux, certains ayant la fâcheuse tendance de perdre leurs poils sur votre peinture. Les pinceaux de qualité demandent un soin particulier afin de ne pas les abimer, pensez à bien les nettoyer après usage afin qu’aucune peinture ne reste sur leurs poils.

Il existe des pinceaux à poils synthétiques ou à poils naturels. En rond, plat, biseau ou encore en éventail, pinceaux et brosses se retrouvent en de nombreuses formes et tailles. Les larges brosses étant très utiles pour réaliser les fonds de vos peintures.

Le pinceau ci-dessus, je l’adore. Un pinceau petit-gris en poils d’écureuil assure une douceur incomparable et une très bonne rétention d’eau, pour ne pas avoir à le retremper en permanence. Il permet à la fois un tracé large et un travail précis grâce à sa pointe fine. Idéal pour l’encre de chine et l’aquarelle.

 

Il existe également des stylos-pinceaux contenant de l’encre de chine en cartouche. Cher, s’épuise (très) vite, à oublier donc pour les cours de modèle vivant mais tellement agréable et pratique pour de l’illustration ou pour croquer en pleine nature.


La peinture gouache

Peinture opaque se servant de gomme arabique comme liant, la gouache est soluble à l’eau et sèche assez rapidement. L’idéal pour garder la peinture fraiche et travailler à même la toile, tout en pouvant repartir avec une peinture sèche en fin de séance. Elle permet à la fois une texture prononcée, en pâte, comme un travail plus fin en diluant la peinture dans l’eau.

  La gouache ayant tendance à craqueler en séchant, évitez de superposer 36000 couches de peinture. Vous pouvez également vernir votre peinture pour éviter ce désagrément.

La peinture acrylique

La peinture acrylique est également soluble à l’eau. La différence avec la gouache est qu’elle utilise comme liant, des résines synthétiques et non plus de la gomme arabique. Elle sèche très vite et offre un rendu plus brillant et plus plastique, par rapport à la gouache qui elle demeure mat.

La peinture à l’huile

La peinture à l’huile utilise de l’huile comme liant, généralement de l’huile de lin. Elle met ainsi plusieurs jours à sécher, permettant de revenir sur sa peinture à sa guise. Du fait de sa composition, la peinture à l’huile se dilue dans de l’essence de térébenthine et non plus dans de l’eau. On peut à la fois la travailler en jus (permettant les superpositions de couches par transparence) ou en pâte suivant la quantité de diluant ajouté.

Encre de chine et la technique du lavis

La fameuse encre de chine, utilisée tant en calligraphie qu’en dessin, reconnaissable à son trait noir et intense, elle se dilue dans l’eau ce qui permet de la travailler en lavis. Le lavis consiste à peindre avec différentes valeurs obtenues en diluant plus ou moins la peinture ou en superposant les couches. Plus la peinture est diluée, plus la couleur sera claire ; plus l’on repasse par dessus une couche, plus elle s’assombrira. On peut alors peindre en allant du plus clair au plus sombre. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble du dessin grâce aux couleurs claires puis d’affiner peu à peu la peinture en affirmant les traits vers le sombre.

Le blanc, quant à lui, est obtenu grâce aux réserves, c’est-à-dire en laissant intactes des parties du papier. Il faut bien visualiser la lumière avant de peindre et en avoir toujours conscience en posant les ombres. Le lavis nécessite donc une synthèse du sujet afin de n’en garder que l’essentiel. Mais il permet aussi d’exercer sa maîtrise de la lumière. Le lavis est souvent utilisé pour les esquisses rapides de paysages ou de modèle vivant, il constitue également une bonne initiation à l’aquarelle.

L’aquarelle

 

On peut peindre sur fond sec ou sur fond mouillé. Le premier permet un travail précis, le second permet de laisser les couleurs se diffuser et se mélanger directement sur le papier. Cela offre alors de nombreuses possibilités : perspective aérienne, végétation, ciels, et d’heureuses surprises. (Des malheureuses aussi parfois. )

L’aquarelle est très pratique pour ajouter rapidement un jus de couleur à ses croquis ou pour des études plus poussées. Il existe de petites boîtes d’aquarelle à moins de 15 euros. Moins coûteuse que les autres peintures, elle permet aussi de voyager tout en ayant de la couleur sur soi, sans avoir à se trimbaler avec des tas de pots de peintures, palette et godet d’eau.

Eh oui, pour le godet d’eau il y a une astuce magique : le pinceau à eau ! Il s’agit simplement d’un pinceau avec une réserve intégrée pour y mettre de l’eau. Il ne vaudra jamais la sensibilité d’un pinceau traditionnel mais il est très pratique malgré tout. Même indispensable pour certains, personnellement c’est mon outil préféré !