Les supports pour dessiner

Les formats

En France le format traditionnel est le format A4 de 21×29.7 cm, c’est celui que vous avez pour le papier d’imprimante et les feuilles de cours. Pour le dessin il existe une multitude de formats différents, le format raisin de 50×65 cm est très utilisé en dessin de modèle vivant et pour les natures mortes à la peinture. C’est en général la taille de vos cartons à dessins, vous savez les grosses pochettes bien encombrantes pour prendre les transports en commun.

Le grammage du papier

Lorsqu’on souhaite choisir l’épaisseur de son papier on se retrouve face à la question de son grammage. Le grammage n’indique pas directement l’épaisseur mais plutôt le poids de la feuille suivant une surface donnée. Ce qui nous donne indirectement une idée de son épaisseur. Le grammage s’exprime en gramme par mètre carré, pour vous donner une idée le papier journal est autour de 40g/m2 et le papier d’imprimante autour de 80g.

La question du grammage se pose pour certains médiums comme l’aquarelle, où il vaut mieux avoir une bonne épaisseur pour éviter que le papier ne se mette à gondoler sous l’effet de l’eau. En général on nous conseille à partir de 300g/m2 mais personnellement du 120g me suffisait amplement. Je faisais même de l’aquarelle sur mes carnets à croquis de 90g/m2, c’est bien moins coûteux que du papier épais. Si la feuille pouvait gondoler une fois le dessin fini ce n’était pas si gênant pour des croquis d’entrainement.

Il faut savoir aussi que cela dépend de votre manière de travailler l’aquarelle, si l’ensemble consiste en de gros jus à l’aquarelle et de multiples couches il vaut mieux au moins du 120g/m2. Pour ma part il s’agissait plutôt d’aquarelle utilisée en légers jus colorés pour agrémenter mes dessins.

Le papier va plus ou moins gondoler suivant la quantité d’eau utilisée, il y a donc un juste dosage à trouver. À force de pratique et “d’erreurs” on ressent d’instinct la juste quantité. Celle qui permettra à l’aquarelle de glisser sur le papier jusqu’à recouvrir la zone désirée, sans que de l’eau excédentaire n’ait plus la place de se faire absorber par le papier.

Vous avez aussi la possibilité de tendre votre feuille papier. Cette technique consiste à imbiber votre papier d’eau puis à le laisser sécher en tendant bien la feuille sur son support. Une fois sèche elle peut être utilisée pour peindre sans la voir gondoler par la suite.

La texture du papier

Le grain fin ou satiné est parfait pour des dessins précis, à éviter pour tout ce qui est tendre comme les pastels/fusains/craies qui ont besoin des aspérités de la feuille pour s’y accrocher. Sur du papier satiné au moindre coup de vent ça glisse. Hop, disparu le dessin !

 Le gros grain peut donner du caractère à votre dessin, suivant que vous recouvrez plus ou moins sa texture par les traces de pastel, peinture ou autre.

La couleur

Ah, les goûts et les couleurs. J’aimerais plutôt vous parler de l’intérêt d’avoir un support coloré en mi-teinte. Au lieu de partir d’une feuille blanche pour l’obscurcir avec votre médium, ici vous avez une demi-teinte sur laquelle vous pouvez à la fois monter les valeurs en les éclaircissant et à d’autres endroit “creuser” votre feuille en allant vers le sombre. Vous pouvez par exemple utiliser une craie noire et une craie blanche sur du papier kraft brun. Cela vous permet d’indiquer à la fois les zones d’ombre et de lumière et ainsi obtenir des dessins qui donnent la part belle aux volumes.

Ci-contre un exemple pour vous montrer la mise en valeur des volumes.

Giuseppe Cades (1750-1799) Achille et Briséis (1776)

 

  Le papier kraft brun se vend en rouleaux en librairies, très économique pour pratiquer la peinture sans avoir à acheter d’épaisses et coûteuses feuilles à chaque fois.

Les carnets à croquis

Pour m’entrainer, j’utilise des carnets à dessin de 90g et de formats divers, généralement A4 et A3. Je ne vous conseille pas de les acheter dans certains magasins artistiques où ils sont parfois très chers, j’ai été plusieurs fois surpris de les trouver en grande surface à un meilleur prix.

L’alternative aux carnets à croquis

Devant la masse de croquis à faire pour progresser et le coût des carnets, je vous conseille une technique bien moins coûteuse. Utilisez des feuilles d’imprimante pour réaliser vos croquis rapides, surtout pour ceux d’observation. Un peu d’humilité ne fait pas de mal. Vous êtes là pour apprendre et vous améliorer, peindre directement sur la chapelle Sixtine attendra un peu.

Faites attention avec le papier d’imprimante dont les feuilles sont très fines et de faible qualité, vous ne pourrez pas énormément gommer dessus. À éviter donc pour les dessins plus élaborés, mais parfait pour les nombreux, très nombreux croquis quotidiens. J’ai même une astuce pour vous : récupérez le support en carton dur d’un ancien carnet à croquis. J’en ai toujours un sur moi que j’utilise pour y accrocher des feuilles d’imprimante à l’aide d’une pince à dessin. C’est moins encombrant que des carnets à croquis et rien ne vous empêche de relier ensuite les feuilles pour vous confectionner un joli carnet à dessin. Vous aurez même le luxe de sélectionner les pages que vous souhaitez y mettre.

 

Pour résumer sur les supports, je vous conseille des carnets à croquis 90g lorsque vous souhaitez pouvoir gommer un minimum ou même ajouter un jus d’aquarelle. Des feuilles d’imprimantes pour les nombreux croquis à faire pour vous améliorer. Du Papier kraft brun pour les peintures. Des feuilles d’au moins 120 g pour de l’aquarelle, et des feuilles à grain pour les pastels et autres médium tendres.