L’entrainement de votre cerveau 

On a vu dans le chapitre sur l’entrainement de l’œil que notre cerveau pouvait nous induire en erreur dans notre compréhension des volumes et des proportions. Voyons comment le rééduquer et le remettre à sa place, sans passer par une ablation de cerveau pour autant, il y a une autre méthode.

Ce que je vais vous présenter ici est un entrainement trop souvent délaissé. Peut être qu’il va vous sembler trop technique et moins attirant que les deux autres. C’est pourtant la solution à bon nombre de problèmes qui se posent à vous pour dessiner, principalement pour réussir à dessiner en volume et sous différents angles de vues.


De la 2D à la 3D

On retrouvera le cube à de multiples reprises, particulièrement au sujet de la perspective. Le cube devrait être l’un des premiers outils à apprendre pour faciliter vos dessins. Il présente de nombreux avantages que nous découvrirons petit à petit. Les arrêtes dures permettent de distinguer aisément les plans du cube dans l’espace. Ainsi, le cube facilite la visualisation mentale de tout objet et sa rotation sur ses axes. La même chose avec une sphère est déjà plus difficile (mais à apprendre également). Devant, cotés, arrière, au-dessus, en dessous, toute direction est identifiable avec facilité.

Mettez l’intention de dessiner à la surface des objets plutôt que sur une feuille 2D. Cette astuce est précieuse, il faut y penser autant de fois qu’il le faut, jusqu’à ce que cela devienne votre seconde nature. Il y a de la vie autour de vos lignes ! C’est l’existence d’espace autour de vos lignes qui les rend crédible et leur donne du poids.

Vos premiers dessins donneront certainement l’impression d’être posés à plat sur une grille au lieu de refléter l’espace alentour. J’appelle cela le syndrome hiéroglyphe, où tout devient plat et à angles droits. Surveillez les angles dans vos dessins. Il suffit parfois de peu pour passer d’un dessin plat à un dessin en volume. Comme on peut le voir avec le visage ou les angles ci-dessous.

L’astuce pour améliorer vos images : au lieu d’une grille plate, construisez vos dessins dans un cube ou dans un maillage 3d, à l’instar des logiciels d’images de synthèse.

 

Dessinez un maximum de cubes sous différents angles de vue. Une fois que vous aurez maitrisez le cube, vous pourrez dessiner n’importe quoi : chaise, éléphant, voiture, temple grec, réveil, lampe de bureau, etc.

Vous n’êtes plus limités à des « how to draw ». Il vous suffit de recomposer toute chose en volumes simples pour être capable de les dessiner, et cela sous tous les angles possibles.

De même pour des figures plus complexes, ce ne sont après tout qu’un assemblage de volumes simples.

La sensation de volume n’est pas qu’une question de niveau en dessin, c’est une question de méthode ! Vous en avez l’exemple ici. Bien que la représentation en volume soit approximative, la différence est pourtant flagrante en comparaison du premier dessin.

Une fois que vous êtes à l’aise, rien ne vous empêche de vous éloigner du cube, pour aller vers des volumes plus complexes. Pour cela prenez un cube, additionnez-y d’autres cubes, sectionnez une partie, arrondissez certaines lignes, etc.

Voilà comment construire le volume ! On pourrait aller beaucoup plus loin que cet exemple, afin d’apporter une meilleure définition aux volumes du crâne humain, ainsi qu’une meilleure caractérisation du personnage. Les possibilités sont infinies. Mais pour l’heure, pratiquez le plus longtemps possible avec des volumes simples, cela vous fera gagner un temps fou ensuite. Même si vous avez déjà l’habitude de dessiner, il vous faut affiner vos bases en permanence.