Le dessin numérique

De plus en plus de personnes souhaitent se mettre au dessin assisté par ordinateur. Toutefois, ce nouvel outil, aussi intéressant soit-il, ne peut pas remplacer vos compétences artistiques. Même si l’apprentissage du dessin est possible directement sur tablette graphique, des bases en dessin traditionnel représentent un plus non négligeable, voire indispensable. Cet apprentissage permet de ne pas tomber dans les pièges du numérique et apporte également une sensibilité pour appréhender le numérique avec bien plus de richesse que des dégradés automatisés et autres effets prémâchés, « jolis » mais sans âme.

Nous allons voir quels sont les pièges du numérique !

 

Ne pas faire assez de recherches avant de commencer son dessin

En traditionnel, ce n’est pas aussi souple que le numérique pour apporter des modifications à son dessin. Par rapport au numérique, cela peut être vu comme un inconvénient alors que cela entraîne aussi à développer une qualité : celle d’anticiper les problèmes auxquels on va être confronté au cours de la réalisation de son œuvre et ainsi, les résoudre à travers des croquis préparatoires.

Prenons un artiste au hasard, notre ami Michel-Ange. Pensez-vous qu’il ait commencé à peindre la chapelle Sixtine sans aucune recherche préalable ? Bien au contraire, il a réalisé de nombreuses recherches, parfois aussi détaillées qu’un dessin final. Tout cela afin de mieux saisir ce qu’il avait à mettre dans l’œuvre finale, et pourtant Michel-Ange est loin d’être un débutant…

 

Un autre exemple ? Milt Kahl, dessinateur et animateur, membre de la fameuse équipe des « Nine Old Men » ayant contribué aux premiers chefs-d’œuvre des studios Disney. Alors en fin de carrière, avec une bonne dose d’expérience et un sacré coup de crayon. J’avais été émerveillé de découvrir les nombreux croquis de recherches qu’il avait fait sur le film Robin des bois, pour trouver LA bonne pose à ses personnages. Celle qui servira au mieux les besoins de l’histoire, celle qui représentera au mieux l’état émotionnel du personnage.

Si les maîtres de dessin font autant de recherches préliminaires avant de commencer leurs travaux, peut-être bien qu’on tient là quelque chose d’important, non ? 

 

S’illusionner sur son niveau

À notre époque, il est devenu bien plus facile de reproduire la surface, l’apparence de grandes œuvres. Les jolies couleurs et les effets des logiciels nous facilitent le travail et nous donnent l’impression de faire de belles choses, alors que le dessin est complètement bancal et sans vie.

Malheureusement quand on débute notre œil n’est pas encore suffisamment aiguisé, on se laisse bluffer par l’apparence et on oublie qu’on a tout à apprendre. La moindre des choses qu’on puisse faire c’est d’avoir la modestie de se dire qu’il y a forcément de nombreuses choses qui échappent à notre œil et d’aller à leur recherche.

 

La facilité de pouvoir revenir en arrière

Revenir sans arrêt en arrière ne favorise pas une maîtrise de son trait, et n’encourage pas à donner suffisamment d’attention à sa méthodologie de travail, ni à être suffisamment concentré, ni à faire suffisamment de recherches préliminaires (oui j’insiste ! ) pour savoir où l’on va.

 

La facilité de zoomer sur son œuvre

Zoomer à volonté éloigne de la composition générale et nous attarde sur l’ajout de myriades de détails au détriment de l’harmonie générale de l’image. Déjà que l’on peut facilement tomber dans ce piège en traditionnel, en numérique c’est d’autant plus fréquent.

Vous voilà prévenu ! Et la liste est loin d’être exhaustive…

Ne pensez pas que je dénigre le dessin numérique, il nous fait gagner un temps précieux et permet d’appréhender le dessin différemment de ce que permet le traditionnel. C’est un sacré plus, mais pas pour débuter !

J’ai une dernière remarque à partager avec vous. Une chose à laquelle on ne pense pas forcément de nos jours, tant nous ne sommes plus à l’écoute de nous-mêmes et de notre corps. Tant qu’à faire, au lieu de vous ruer sur les tablettes graphiques, profitez tant que vous pouvez de cette période pour éveiller vos yeux au monde au lieu de les faire mourir en face d’un écran d’ordinateur ! Vous aurez bien tout le temps pour cela après. 

Testez la sensibilité de divers médium sur tout autant de supports différents, l’odeur de l’encre sur votre toile, la beauté des couleurs qui s’entremêlent lorsque vous nettoyez votre palette sous l’eau. Un peu de plaisir et de sensibilité au lieu du cliquetis monocorde des touches de clavier, faites vous plaisir !