Votre premier job

Tout d’abord une mise en garde sur les lignes qui vont suivre. Elles ne sont que le reflet du ressenti et des observations d’une personne. Des avis modelés par les expériences d’une personne ne seraient être représentatives des choses dans leur ensemble. Voyez cela comme un avis personnel, même si je parle de choses qui ne me sont pas forcément arrivées directement.

 

De l’école à votre premier job

Au lycée ou dans des écoles préparatoires, on se demande bien comment faire la transition vers le milieu professionnel et notre premier travail… D’où l’importance que votre école offre des passerelles vers le milieu professionnel. Avec des intervenants travaillant dans différentes entreprises, des stages, et rencontres avec d’anciens élèves désormais dans la profession. Sans parler d’assister aux conférences de votre secteur, du jury pro de fin d’année, etc.

Mais pour cela, il faut des choses à montrer. Avant d’aller faire le fanfaron à droite à gauche en espérant attirer l’attention, il faut se focaliser sur le développement de vos compétences. Ne pas se poser de questions sur l’après, qui viendra très vite, et à mesure de vos progrès. Votre principale préoccupation étant de devenir un professionnel de l’image.

 

Les réalités du milieu professionnel

Le plus important pour trouver un boulot, au-delà des compétences, du talent et de la motivation, c’est de rentrer dans des cases. C’est à dire correspondre à ce que le milieu professionnel et ce que les clients attendent de vous.

Beaucoup de jeunes se lancent dans des études préparant à des métiers dits créatifs, sans se rendre compte à quel point c’est une industrie. À l’inverse des jolis discours qu’on entend partout, une entreprise a plus souvent besoin de main d’œuvre que de personnalités. De techniciens que de créativité. (Que l’on soit clair, être technicien n’a rien de dégradant en soit, ce sont des compétences tout autant primordiales que chacun doit posséder.)

La recherche de la plus grande qualité est toujours citée, mais dans la pratique tout le monde a les pieds et mains liées par le budget. Au delà des talents, pour faire de la qualité il faut du temps et de l’argent, deux facteurs qui, étrangement, manquent en permanence.

Trop souvent nous faisons face à une créativité consensuelle et à une organisation de bouts de ficelle. Pas suffisamment de réflexion en amont, pas ou trop peu de préparations avant de se lancer en production. Des budgets débloqués au derniers moments et date butoir venant trop tôt pour du travail de qualité. Trop d’intermédiaires, validations hasardeuses, « mauvaises » personnes aux mauvais postes. Manque énorme d’organisation avec la fameuse organisation à la française…

Des projets non conçus pour être réalistes et suffisamment économiques. On veut faire du top niveau comme se le permettent telle référence, mais sans le quart de leurs moyens. Concordance…

Être rigoureux

De tout cela je peux vous conseiller une chose : soyez rigoureux. Vous êtes là pour satisfaire la demande d’un client. Il faut se montrer malin pour parfois expliquer quelles sont les exigences de notre métier à des clients qui très souvent ne connaissent pas de quoi il retourne, n’étant simplement pas du même métier.

Il faut se montrer diplomate, pour expliquer ce qu’il est possible et ce qui ne l’est pas, compte tenu des moyens alloués. Face à l’éclosion des savoirs faire, offrir une prestation de qualité, une écoute des besoins du client, et une rigueur impeccable fait toute la différence. Être respectueux des délais, deviner les attentes, etc. bref des qualités humaines.

 

Être patient

Malgré les compétences, il faut passer par des étapes plus ou moins indispensables, avant qu’on vous laisse la marge de manœuvre pour faire ce que vous savez faire. Parfois même quand vous avez déjà prouvé en être capable, parfois même lorsque vous avez déjà prouvé qu’il y a un large public qui apprécie vos créations. Regardez par exemple les « jeunes » web-séries françaises à succès. Combien de temps avant qu’on leur donne la possibilité d’un long métrage ?

Si vous avez la volonté de choisir un métier lié au domaine créatif n’oubliez pas une chose. C’est un boulot, pas une passion. Gardez la passion pour vous et vos projets. Dans le sens, ou il faut garder un recul sur son métier et ne pas accepter des boulots sous-payé voir non payés, des heures supplémentaires non payés, des retards de payement, etc. Cela sous le prétexte que les compétences utilisées dans ce métier sont également votre passion.

Il ne faut pas confondre ce que vous êtes, les compétences que vous utilisez et la fonction que vous occupez. Revoici le fameux : fond, forme, fonction.